dyn003_original_187_140_gif_2500564_a77e654886e1b4f70567ae9c771f5eac 


      

J.-P. Verheggen with les Anges

The first light, la voice de Michelle Yee Chong

et le pavé Killer de J.-P. à la galerie Détour ; SUCK

Henry Rock'n'roll Serial Destroy,

Bruxelles, with A. C. et S.

nous parlons d'Arcane 16, du vrai-faux tableau de Gauguin que S. a dans son coffre ; de Bali, de Divan le Terrible, de la revue Offrande que Pissier vient de lancer à Paris, de Tout foutre en l'air ;

la littérature à Feu et à Sang

Méditations nasillardes

et je danse à voix haute

dans une extase immobile,

Panormos, 5 h du mat, with Panos et Dimitri, la

Danse du Narguilé ; et J.-P. écrit l'histoire rasée de

l'art, les corps céruléens de la langue, les ombres saccagées sur les mots, les ruines du V.I.D.E. ;

je peins la belle crètoise, nous pissons dans

les couleurs fossiles ; Aphrodite secoue la tête.

Trop vite dans la Nuit, TXT tatoué sur les fesses

de Takako et J.-P. with the colors of CaRrRaRre ;

J.-P. et l'Ange sur les flèches inversées de la

sève des déserts, tonight, le sexe comme l'eau, les

filtres shootés à la miséricorde, à la Rage ;

Filinos street, une fille, la bouche peinte avec des élytres, les cercles de néon dans le Cercle

Noir, J.-P. et les Anges transforment le Monde,

In progress, S. à Düsseldorf, TXT fondant dans

la bouche d'un Ange, Body écarlate, J.-P. à Bruxelles,

les yeux éreintés,,,

T. T.

"Fais-moi hurler

en décibelges..."

- J.-P. V., in Stabat Mater -


Thierry Tillier

sapriphage - numero 21 - avril 1994