Quelques pièces pour un seul acte

Acte 1

Vous connaissez l’histoire de William S. B. qui, comme Guillaume T., tend l’arc, vise le verre (posé sur la tête de sa femme) et brise les os au lieu de la coupe. Ce n’est pas une histoire*.

L’heure erre :

Le temps se retourne dans son sac : une Machine molle, sans queue ni tête. Une bouillabaisse mêlant les actes, les membres, le cerveau, l’Ego, les arbres… : de la vase. Plus de témoin, plus de duel : un magma.

Acte 2 

Il n’y en a pas.

Un jeu :

« La moitié de l’espace parcouru par la flèche, pour la moitié du temps parcouru jusqu’à la cible, laissent la moitié du parcours restant et la moitié du temps restant, jusqu’à la cible. Ceux-ci laissant eux-mêmes… ». Une ellipse.

Acte 3 

Rien n’arrête la décomposition : la nature suit son court.

Homicide :

Le crime, issu du même groupe que cribrum et cernere (cerner) signifiait (JUSQU’IL Y A PEU) : « ce qui sert à trier, à décider, puis, “décision” (en passant dans le langage juridique) »…

Acte 5 

L’ordre des faits ne peut être inversé : 1 : l’arc, 2 : la flèche, 3 : le verre, 3 : la nuque, 3 : le verre, 3 : la nuque, 3 : le verre, 3 : la nuque. Eternel Recours… Substantif et substitutif.

Homicide :

…C’est ensuite, qu’il désigne l’acte sur lequel se fonde cette décision.

Acte 5

L’ordre des faits ne peut être inversé : 1 : l’arc, 2 : la flèche, 3 : le verre, 3 : la nuque, 3 : le verre, 3 : la nuque, 3 : le verre, 3 : la nuque, 3 : le verre.

Une distraction : Mademoiselle C…

« La société dite de communication est un mythe. Jamais la non communication n’abolira le hasard » (« Anti-préface à l’achèvement des temps spectaculaires. » Les Associés Autonomes Ed.).

L’auteur enfin :

«  Je me taille » (et il coupe bien sûr)

Epilogue

Au Voleur Inspiré : les histoires d'amour et les crimes sont sans fin… et il n’est pas toujours Gai de le Savoir.


    

(fig.1)                               (fig.2)                                       (fig.3)                               (fig.4)

Didascalies

Les pièces importées proviennent des archives de l’auteur et collagiste Thierry Tillier (actuellement en la possession du collectionneur Martin Oleff). Elles constituent en somme le décor à ces actes. Pour le bon déroulement des scènes, il vous faut donc : La boîte du puzzle (fig.1). Le contenu de cette boîte ("24 images que vous combinerez 1 686 553 615 927 922 354 187 720* fois") (fig.2). Une page du n°16 de Devil-Paradis de Thierry Tillier (fig.3) et une page du n° 18 de Devil-Paradis  de Claude Pélieu (fig.4). 

Parce que la démonstration avait déjà été faite…

En septembre 1951, William S. Burroughs a tué accidentellement Joan Vollmer, sa femme officielle. Il faisait une fête dans une pièce au-dessus d’un bar quand il a annoncé à l’assemblée qu’il allait accomplir une performance en tirant à la façon de Guillaume Tell. Vollmer a placé un verre sur sa tête, et Burroughs a tiré dessus avec le fusil qu’il portait. En ratant tragiquement sa cible. Et Vollmer est morte. Il a été poursuivi pour homicide involontaire avec délit de fuite, mais n’a pas été condamné. L’auteur a déclaré : « Je suis forcé d’arriver à la conclusion que je ne serais jamais devenu écrivain sans la mort de Joan ».

........................

Annabelle Dupret